Recherche  
recherche avancée  
plan contact contact contact

L'historique du lycée

  • L'ancien lycée

Rue Adoue, les Pères de Bétharram ont dirigé jusqu'en 1905 un petit séminaire. En 1911, un collège municipal de garçons fut créé ; on y intégra une école primaire supérieure de garçons. Durant la dernière guerre mondiale, le collège fut occupé par les Allemands et les élèves furent dispersés dans les écoles primaires.

En 1954, le collège est nationalisé ; en 1961, il est transformé en Lycée. En 1966, il est transféré dans les bâtiments neufs à l'emplacement actuel. En 1971, M. Guy Ebrard, maire d'Oloron de l'époque, en présence de M. Louis Ducla, Président de l'Académie des Lettres, et de Mme Supervielle (épouse de Jules Supervielle) baptise le lycée du nom du poète pour lui rendre hommage.



 

  • Jules Supervielle

Jules Supervielle est né le 16 janvier 1884 à Montévideo. Issu d'un père béarnais et d'une mère d'origine basque, ils s'étaient expatriés pour fonder une banque. Il arriva à Oloron-Sainte-Marie à l'âge de huit mois où ses parents moururent à cause d'une eau corrompue. Il est alors élevé par sa grand-mère puis par son oncle et sa tante en Amérique du Sud où il connaît une enfance heureuse.

En 1894, il suit des études au lycée Janson de Sailly en France et écrit ses premiers poèmes en 1889. Malgré la distance, il garde des liens serrés avec sa famille. C'est en 1900 qu'il écrit sa première plaquette, "Brumes du passé", puis il accomplit son service militaire qui est pour lui une mauvaise période. À la fin de son service, il obtient sa licence de lettres et étudie le droit et les langues. Dès lors, il connaît sa vocation.



C'est à 23 ans qu'il épousera sa femme Pilar Saavedra en Uruguay. En 1910, il écrit "Comme des voiliers" puis il est mobilisé à cause des guerres. Ses poèmes sont remarqués par Gide et Valéry. Jacques Rivière le publie à la Nouvelle Revue Française. Il se lie alors avec de plus en plus d'écrivains : Michaux, Arland, Etiemble.

Il vit une vie heureuse avec sa famille . Le 2 août 1939, il s'embarque et la guerre le surprend en Uruguay. Il y restera jusqu'en 1946 collaborant aux revues éditées par la France Libre, à "Lettres françaises" en Argentine, à "Valuns" en Egypte.

De retour à Paris, les honneurs lui viendront et il écrira beaucoup de poèmes. Il meurt à Paris le 17 mai 1960.


Pour en savoir plus...

Le lien vers le site de Sabine DEWULF, née en 1966 à Cambrai, agrégée de lettres modernes et docteur ès lettres, professeur exerçant dans le secondaire, dans le nord de la France

http://supervielle.univers.free.fr/supervielle.htm



Lycée Jules Supervielle - 6, avenue François Mitterrand - 64 400 Oloron Sainte Marie - Mentions légales